Aliments humides délicieux et sains

Les aliments humides contribuent à une alimentation saine.

British shorthair adulte en noir et blanc mangeant dans un bol rouge

Les aliments humides sont sains pour votre chat

Les aliments humides soutiennent:

Icone voies urinaires saines

Un système urinaire sain

Des études* montrent que les chats qui mangent des aliments humides absorbent plus de liquide. Cela rend leur urine moins concentrée et réduit le risque de problèmes urinaires.

icone balance

Un poids sain

Grâce à une teneur en liquide plus élevée, les aliments humides contiennent moins de calories et contribuent à une plus grande sensation de satiété.

icone digestion

Une digestion saine

Les aliments humides aident à garder les selles molles. Ce qui est particulièrement important pour les chats qui ne boivent pas assez.

Une alimentation saine fait la différence

Tous les aliments humides ROYAL CANIN® répondent aux besoins de santé uniques des chats et possèdent les propriétés suivantes :

icone digestibilité

Haute digestibilité

Royal Canin n’utilise que des protéines et des glucides hautement digestibles. Ceux-ci sont mieux absorbés et contribuent ainsi à la santé de votre chat.

icone ingrédient de haute qualité

Que des ingrédients de la meilleure qualité

Dans notre usine, nous effectuons chaque jour des centaines d’analyses sur nos ingrédients pour garantir la qualité de nos aliments humides.

icone délicieux

Particulièrement délicieux

Notre panel de chats teste notre nourriture en matière d’appétence par le biais de 360 tests d’appétence pour les chats par an.

En savoir plus sur les aliments humides
British Shorthair cat lying down on a white rug next to a feeding bowl

Bouchées en sauce ou en gelée ou aliments secs - avec quel aliment nourrir votre chat ?

Norwegian Forest Cat sitting in a kitchen eating from a feeding bowl

Guide relatif au changement d’alimentation des chats

*Sources : Buckley, 2011 ; Houston et al, 2011; P. J. Markwell, Buffington, and Smith, 1998; Markwell 1999; Biourge 2006, Stevenson et al, 2003; Stevenson et al, 2004; Lekcharoensuk et al, 2002.